Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 16:45

La vie du SEBASTO à l’écart du centre ville

A présent, si vous ne craignez pas le vertige, un bond en arrière va nous permettre de feuilleter le Sébasto à l’allure des fiacres qui, en 1900, allaient en trottinant …trottinant ...

Géographiquement le théâtre prend place à un carrefour excentré ce qui n’est pas un endroit idéal et s’il n’y avait dans le voisinage les rues des Postes et Colbrant … !

Je m’explique :

Sébasto ! Aux oreilles Lilloises cela résonne comme un mot d’amitié, d’affection même, cela évoque une ambiance familiale chère au cœur des humbles qui viennent chercher là pendant quelques heures l’oubli de leurs tracas quotidiens !

Par contre : Sébastopol ! Simplement à cause de ces trois petites lettres complémentaires, ça sonne comme un coup de clairon ! c’est l’écho d’un des sièges les plus meurtries de notre histoire qui, pourtant, dans le domaine des atrocités n’a de leçon à recevoir de personne !

Pour ce qui concerne les rues d’Inkerman et Solférino, nous savons qu’elles évoquent deux sanglantes et coûteuses victoires remportées respectivement en 1854 et 1859 contre les Russes et les Autrichiens.

Mais, pour atténuer l’évocation pénible de ces trois massacres, deux modestes artères viennent timidement s’adjoindre à ce quadrilatère aux résonances guerrières !

La rue des Postes par où s’effectuait le service du courrier entre Lille et Paris, l’autre, la rue Colbrant, du nom d’un architecte Belge fortuné qui légua à la ville tous ses biens, en vue d’une fondation d’une bourse destinée aux jeunes gens pauvres ayant des dispositions pour l’Art !

Etonnant confluent que cette place Sébastopol où se rencontrent les souvenirs contradictoires de trois massacres, d’un bienfaiteur des Arts et d’un service qui rapproche les hommes !

Bien plus, côté concierge, il y a eu longtemps pour vis-à-vis une maternité, démolie depuis ; où les vagissements des nouveaux-nés semblaient répondre aux « flons-flons » des opérettes.

Dès l’ouverture du Sébasto et, précisément par les rues des Postes et Colbrant (prolongement de la rue de Flandre) qui drainent habituellement vers le centre, les publics populaires du faubourg des Postes, d’Esquermes et de Wazemmes vont affluer de nombreux spectateurs n’ayant que très rarement fréquenté l’Opéra trop « chic » à leurs yeux et trop onéreux pour leur bourse !

Les plus mordus (souvent modestes) ne pouvaient s’y offrir que les places non numérotées, à la « poulaille » ou dans les encoignures, places aveugles parfois dotées de banquettes mortelles pour les reins sans parler de l’acoustique défectueuse !

Ajoutez à cela que seules entrées latérales leur étaient réservées et que leur parcours les tenaient éloignés du superbe foyer exclusivement réservé aux spectateurs des « places chères » !

vue, de côté, de la salle

vue, de côté, de la salle

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article

commentaires