Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 17:35

Il y avait là un germe de conflit puisque la ville de Lille exploite déjà un véritable grand cirque de 2.400 places rue Nicolas Leblanc à deux pas du Sébasto !!

Ni théâtre, ni cirque ! La nouvelle salle est entachée de bâtardise ! Voilà qui est dangereux pour son identité, sans parler de son statut provisoire suspendu comme une menace !

Le Sébasto n‘a t-il pas simplement pour mission de jouer les « doublures » en attendant l’éclosion d’un Opéra prestigieux ?

Malgré bon nombre d’éléments négatifs, une clientèle nombreuse et « connaisseuse » va s’accrocher aisément à « sa » nouvelle salle et sa fidélité ne se démentira nullement lors de l’ouverture en 1923, du nouvel Opéra.

En conséquence, la Ville va devoir vivre et faire vivre deux théâtres en fixant difficilement à chacun sa spécificité. La tentation sera grande de polariser toute l’activité lyrique à l’Opéra en vue d’alléger les coûts d’exploitation, mais en vain, le public ne suivra pas.

Ainsi les jeux sont faits et le Sébasto en dépit de tous ces aléas est, et restera le Théâtre qu’il est demeuré depuis. Cela ne tient-il pas du prodige ?

Les parcours du Sébasto et de l’Opéra de Lille s’imbriquent et se croisent à un tel point que j’aurais scrupule à conclure cet épisode de l’existence du Sébasto sans avoir évoqué brièvement celle de l’Opéra, son cadet de vingt ans.

A l’arrivée des Allemands à Lille en 1914, les occupants adoptent le nouveau théâtre, pas encore équipé, prennent le matériel scénique et les sièges du Sébasto. Entre 1914 et 1918 ils y donneront 120 spectacles lyriques de Mozart à Wagner, de Strauss à Beethoven.

Pendant ces quatre longues années, vidé ses structures internes, le Sébasto va sommeiller dans l’attente de jours meilleurs, utilisé parfois par les services du ravitaillement, pour y entreposer les matières indispensables à la survie des Lillois.

A la fin du conflit, le Sébasto rentrera en possession de ses sièges et de son matériel et reprendra ses activités tandis que cinq longues années seront nécessaires à la mise au point définitive de l’Opéra.

Pour la première fois, les trois coups « Français » résonneront le 7 octobre 1923.

Débute alors la véritable carrière de cette salle consacrée presque exclusivement à la « grande Opéra » bénéficiant de distributions de très haut niveau.

reproduction d'un panneau de 1903 longtemps accroché à proximité de la loge du concierge.

reproduction d'un panneau de 1903 longtemps accroché à proximité de la loge du concierge.

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article

commentaires