Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 14:12

Le Costume des Maîtres d’école au XVII° siècle

Un vieux règlement décrit ainsi le costume que portaient les instituteurs ou coûtres en Flandre, et ce costume ne devait guère différer de celui des clercs :

« les maîtres d’école porteront culotte courte de couleur noire, bas noirs, souliers à boucles, frac noir ou casaque noire à longue queue pendante, cheveux longs et pour couvre-chef le bicorne orné d’un galon d’argent de haut en bas ».

Une ordonnance de 1706 ajoute : « pendant qu’ils feront la classe, les maîtres resteront coiffés de leur couvre-chef ou le déposeront en face d’eux, sur leur tribune, à la vue du public, comme insigne de leur autorité souveraine ».

La Rétribution scolaire :

Le synode de 1589, après avoir réglé l’enseignement du catéchisme dans les écoles, ajoute : « Pour que les coûtres enseignent plus diligemment les enfants à lire et à écrire, et pour que la nécessité de pourvoir à leur subsistance ne les force pas à s’occuper de trop de choses étrangères, nous voulons que dans les localités où ils sont trop peu payés pour instruire la jeunesse, ils reçoivent désormais de chaque enfant ou jeune homme un salaire mensuel de trois sous.

Toutefois, là où ils reçoivent davantage, nous n’entendons pas diminuer leur salaire. Quant à ceux qui sont pauvres, le Magistrat leur donnera quelque chose sur la bourse des pauvres : « ce sera là une aumône bien placée ».

A Wazemmes, en 1728, on n’exigeait aucun impôt de Nicolas Phalempin, clerc qui occupait une maison de 1150 verges de terre « à raison qu’il enseigne les pauvres enfants à la charge de la communauté ».

Outre cette rétribution scolaire, le coûtre recevait aussi comme clerc le casuel de l’église. Il était également greffier et prêtait son concours toujours rétribué à tous les actes municipaux, aux comptes de l’église, de la pauvreté, des impôts. On ne faisait pas un acte public sans le secours du clerc.

Ce qui se passait à Wazemmes, on pouvait le constater sur tous les points du territoire. Concluons donc en citant cet aveu que la vérité historique arrachait naguère à Auguste Comte, le fondateur du positivisme : « Le catholicisme fut le promoteur le plus efficace du développement populaire de l’intelligence humaine ».

1912 - Histoire de Wazemmes par l’abbé Salembier

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article

commentaires