Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:34

7 avril 1897

Grâce à la transformation du vieux quartier d’Esquermes, l’Arbonnoise n’est plus qu’une tradition, et la place qui porte son nom, ainsi que le vieux cabaret , auquel il sert encore d’enseigne, évoquent à eux seuls, pour les écoliers d’il y a 50 ans, le souvenir de joyeuses promenades nautiques sur ses eaux alors limpides, à travers les ombrages de la propriété Bigo-Danel.

Ce n’est que dans la partie de la banlieue d’Esquermes restée en dehors des remparts et comprise entre le chemin de la Planche à Quesnoy, le canal de la Haute Deûle et la porte de Canteleu, qu’on retrouve encore une partie de son cours dans son état natif aux atterrissements près.

Après avoir franchi l’enceinte, elle reparaît dans la partie des anciens bois d’Esquermes comprise entre le boulevard de la Moselle, la rue de Canteleu et la rue d’Isly.

A partir de cette dernière rue, rue Grande Allée, un ruisseau peu limpide, coulant à ciel ouvert à travers des jardinets en contrebas du niveau de la rue. Qui se douterait que ce mince filet d’eau ait été l’ancien lit de la Deûle, et que ses rives aient été habitées, non seulement aux époques gallo-romaine et mérovingienne, mais même dès les temps préhistoriques, comme l’ont prouvé les nombreux vestiges de ces diverses périodes recueillis dans les fouilles nécessitées par les constructions faites depuis l’agrandissement.

La Deûle, on le sait, prend sa source à 2 kilomètres de Carency, passe au village de Souchez, auquel elle emprunte son nom de la Souchez, à Liévin, au sud de Lens, à Noyelles et à Harnes. A partir de cette dernière localité, elle a été canalisée, de nos jours jusqu’au pont de Courrières, qui forme son point de jonction avec le canal improprement appelé de la Haute Deûle, qui va de Don au fort de Scarpe et date de la fin du XVII° siècle.

Entre Don et Lille, la canalisation remonte au XIII° siècle, et dès cette époque le canal avait été prolongé jusqu’à La Bassée, en vue peut-être de relier plus tard cette dernière ville avec la Lys et le canal de Neuf-Fossé, à Aire.

Actuellement, la partie de ce prolongement entre Don et Hantay a disparu, et le canal de La Bassée vient s’embrancher à Bauvin, entre Don et Courrières.

Ces travaux firent, en 1271, l’objet d’une convention entre les membres de l’Echevinage et le Châtelain dont l’intervention était nécessaire, le canal projeté se trouvant en dehors du ressort du Magistrat, et la rivière étant soumise à la juridiction du Comte.

Au terme de cet accord, le châtelain s’engageait, comme nous l’avons indiqué, à établir un canal de Lille à Don, et à le prolonger jusqu’à La Bassée.

à suivre...

une vue de l'Arbonnoise (archives départementales)

une vue de l'Arbonnoise (archives départementales)

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article

commentaires