Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 17:32

Ce canal devait avoir 40 pieds de largeur, un chemin de halage de 6 pieds, et 4 pieds d’eau, au moins, dans les plus basses eaux, ce qui nous donne tout lieu de croire que la Deûle n’était accessible qu’aux bateaux de faible tonnage.

« Un fosset tel qui puisse porter navie » devait le relier au bois du Plouich, dépendance du fief de Phalempin, appartenant au Châtelain de Lille.

La modeste Naviette représente sans doute les restes de ce précurseur du canal de Seclin.

Les travaux, l’achat des terrains, sauf ceux du Riez de Canteleu, qui appartenaient à la ville de Lille, étaient à la charge du Châtelain, lequel, moyennant une somme de 1.500 livres d’Artois, s’engageait à affranchir la rivière de toute redevance envers les seigneurs dont elle traversait les domaines, et à garantir la ville contre toute réclamation de la part des propriétaires de Moulins.

Le projet ne tarda pas à être mis à exécution. Dès le mois de mai 1272, Baudouin, seigneur de Comines, le Bailli et le Prévôt de Lille furent délégués à l’effet de procéder à l’estimation des terrains à acquérir.

Par lettres du mois de janvier 1273, nous voyons la comtesse marguerite et Guy de Dampierre, son fils, associé depuis quelques années à l’administration du Comté, régler définitivement le tracé du canal, l’usage des eaux, etc…

Ces lettres portant que le Châtelain fera construire une écluse à Haubourdin, et sera tenu de l’ouvrir deux fois par semaine pour le passage des bateaux. Il y fera un moulin, et à côté une ventelle, dont les eaux reviendront dans le canal, et passant sous le pont d’Haubourdin, descendront vers l’Abbaye, ainsi que le courant de Wavrin.

Le canal se continuait jusqu’au pont des Ribauds, aujourd’hui disparu, et de là à la « Gaukeriie », lieu dit voisin de la Planche à Quesnoy. Il se prolonfeait ensuite, à travers les près des Fresnes, jusqu’au Bazinghien, d’où il passait sous le pont de la Planche à Quesnoy, en longeant les prés de la Ferme du Temple, pour aller rejoindre le Filet de Canteleu.

Comme l’indiquent les titres que nous venons de citer, le canal en aval de la Planche à Quesnoy, abandonnait le lit Principal de la rivière, qu’il côtoyait jusque là sans se confondre avec lui, pour se réunir au filet de Canteleu, qui n’en était probablement qu’une dérivation, et se diriger vers le pont du même nom.

Quant à la rivière elle-même, elle s’infléchissait brusquement à droite, et formait avec le canal la « Fourche » ou » Fourchon d’Esquermes », d’où le nom donné plus tard.

On la trouve dans les diverses parties de son parcours désignée successivement sous les dénominations du Filet d’Esquermes, ou Fourchon, et plus tard, au XVII° siècle, d’Arbonnoise, de rivière de Wazemmes et de Rivière del Saulch.

Bien que sa largeur légale singulièrement réduite depuis, fût fixée à 34 pieds, alors que celle du canal était de 40, elle devait recevoir les deux tiers des eaux.

Poursuivant son cours, elle longeait les bois d’Esquermes, propriété de l’Abbaye de Loos, faisait tourner les moulins d’Esquermes, et coupait la rue actuelle de Canteleu, non loin de la vieille chapelle de Notre-Dame de Réconciliation, dont certaines parties datent du XIII° siècle.

à suivre...

A. RICHEBE

 chapelle N. D. de Réconciliation rue  de Canteleu,  (pastel réallisé par Christiane Bailleul)

chapelle N. D. de Réconciliation rue de Canteleu, (pastel réallisé par Christiane Bailleul)

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article

commentaires