Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 10:23

l’Hospice Comtesse s’enchâsse dans un pittoresque quartier.

La rue de la Monnaie à Lille, ancienne rue des Moulins Saint-Pierre, doit son nom à l’hôtel des Monnaies créé en 1685, sur ordre de Louis XIV et dont il ne subsiste que la maison du juge-garde Delepierre de Ligny édifiée en 1781 par Thomas-François-Joseph Gombert.

Ce logis d’une sobre élégance, discrètement décoré de quelques motifs rocaille, a des airs de petit marquis isolé dans une assemblée de bourgeois.

Place du Concert, la seule façade du XVIII° siècle capable de faire assaut de noblesse avec celle du juge-garde, a disparu depuis longtemps. Quant aux dernières maisons canoniales, elles demeurent confites en dévote dignité.

La rue de la Monnaie, les ruelles et venelles des Vieux-Murs, du Péterynck, la placette aux Oignons offrent, sur le tracé de l’ancien castrum, un bel ensemble architectural des XVII° et XVIII° siècles.

En 1692, le Magistrat donna l’ordre d’élargir le, passage qui menait à la Porte Saint-Pierre.

Apparurent alors ces façades de style « lillois » que nous voyons aujourd’hui : logis à deux étages divisés en deux travées utilisant le grès dans les soubassements, la pierre et la brique dans les parties hautes. Toujours dans cette même rue, les ornementalistes ont laissé libre cours à leur imagination.

Si les baies se ferment d’un arc très surbaissé dont la clef seule est sculptée, toute la gamme des « tailleurs d’images » exulte entre les fenêtres et sous les corniches. Rue au Péterinck et place aux Oignons, les façades s disciplinent.

La seule ornementation de ces maisons de sayetteurs réside dans l’organisation des pleins et des vides : de minces trumeaux de brique soulignés de bandeaux de pierre reposant sur de fins piliers de grès encadrent de hautes fenêtres où coule la lumière. L’effet décoratif naît du jeu des matériaux dont la couleur cadence un caprice flamand.

Les enseignes en pierre de Lezennes, au Puits Doré, est à l’image du quartier : calcinée par le temps et condamnée par manque d’amour. Mais, rue de la Monnaie, la résurrection commence : chaque arche redécouverte ou à nouveau jetée, chaque pilier remis à nu ou relevé, est une bataille gagnée, promesse de beauté enfin retrouvée.

A suivre..

Extrait de « Lille » par J. DION – E GIARD – H. LECLERCS+Q – M. MARCQ – R. RICHEZ.

Fleurs, baies et coquilles, aux murs mêlées, comme aux cheveux d'une fille ...

Fleurs, baies et coquilles, aux murs mêlées, comme aux cheveux d'une fille ...

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Lille
commenter cet article

commentaires