Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 16:52

Il était belge, né à Ath en 1897, septième enfant d’une famille qui en comptera 8. De pauvres gens, le père était artisan plombier…

A la mort du père, la famille étai venue s’installer de ce côté de la frontière, à La Madeleine, d’abord rue Chanzy. Il avait fréquenté l’école Victor Hugo puis l’école Monge.

Après le certificat à 13 ans, il devient apprenti chez un fourreur, habitera rue des Patiniers.

Au moment de la guerre, il travaille dans une usine de produits chimiques qui ferme ses portes. Le voilà sans emploi, traînant ses guêtres du côté de l’Esplanade… C’est là que se constituera la bande à Trulin, presque des compatriotes en culottes courtes avec des Raymond Derain, des Marcel Gotti, des Marcel Lemaire, qui finiront part former une sorte de réseau de renseignements.

Et l’on connaît la suite, l’arrestation, le jugement, la condamnation, l’exécution … Finalement il n’est pas plus mort pour la France que pour la Belgique : il est mort contre … Contre la guerre, contre l’envahisseur sans doute et contre la misère et les horreurs…

La Voix du Nord 8 novembre 1983

La Voix du Nord du 22 juin 2007

Hier, hommage à Léon Trulin, fusillé à 18 ans à la Citadelle

Six lettres fixées sur un vieux mlur rappellent qu’en ce lieu, un garçon de 18 ans a été fusillé : Léon Trulin :

Il y a, à Lille, une école primaire Léon Trulin, dont les élèves ont hier chanté La Marseillaise ; une statue Léon Trulin à côté de l’opéra, une autre à l’entrée de la citadelle ; un monument au cimetière de l’Est ; une plaque sur la façade d’une maison, place des Patiniers … Léon Trulin a marqué l’histoire de Lille par son héroïsme.

A 18 ans, il a résisté à l’occupation allemande avec des copains. Il s’est fait fusiller dans les fossés de la citadelle le 8 novembre 1915.

A sa mère, il écrivit : »Je veux que l’on pardonne à mes amis et ennemis ». Hier, après sa restauration par des élèves du lycée professionnel Jean Monnet, le monument a été inauguré.

La plaque sur l'un des murs des fossés de la Citadelle

La plaque sur l'un des murs des fossés de la Citadelle

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Lille
commenter cet article

commentaires