Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 11:51
vue avec la Deûle encore visible
vue avec la Deûle encore visible

Les ouvriers des quartiers Saint-Sauveur - wazemmes

Là où est notre peuple, là aussi est notre cœur. Et notre peuple, longtemps, fut à Saint-Sauveur. Les générations à venir le comprendront-elles ? Ce qui reste du quartier paraît sans mémoire ; le pain ne garde pas le souvenir du pétrin.
Rattaché à Lille au XII siècle, le faubourg que l’on dira des malades devint rapidement le refuge de gens modestes mais industrieux. Lors des sièges de 1667 et 1792, il incarnera l’héroïsme de la cité ; l’imagerie populaire, la céramique locale et la tradition, ont transmis l’anecdote célèbre du barbier Maës. Celui-ci a vu sa demeure incendiée par les boulets autrichiens ; il n’en continue pas moins à raser dans la rue, un éclat d’obus en guise de plat à barbe.
Mais ce quartier, citadelle ouvrière, incarnait le labeur de la cité. Les « Saint-Sauveur » du XIX° siècle, dentellières ou filtiers, nous apparaissent aujourd’hui comme l’élite de ces êtres dévorés par la Révolution industrielle. C’est ici dans une humble maison que Desrousseaux, l’auteur du « P’tit Quinquin », naquit. C’est ici, au café de la Liberté, qu’en 1888, Degeyter, pour la première fois, chanta « l’Internationale ». Cet enchevêtrement de ruelles obscures était une plaie, mais quel beau sang de France on y voyait.

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans LILLE - WAZEMMES