Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 19:18

NOTRE PROCHAINE REUNION AURA LIEU LE LUNDI 13 FEVRIER à 14 H 30 au club 26 rue Jules Guesde.

Nous exposerons dans les Halles de Wazemmes DES PHOTOS et des PLANS ANCIENS du village de Wazemmes : le  DIMANCHE 19 FEVRIER de 9 H 3O à 13 H

LA VIE à LILLE - WAZEMMES à LA FIN DU XIX° siècle

 A Lille, une demoiselle de magasin gagne 7OO F par an, une dame de comptoir de 8OO à 1.000 F, <un employé nourri> autour de 1.500 F.

En 1884quand le second fils de A. Desrousseaux,, Georges, bachelier és lettres,entre à la Préfecture du Nord en tant de surnuméraire, son traitement  annuel est de 600 F, - la misère -un fileur de coton : 1 500 ; il est vrai que dans les teintureries, la moyenne en 1914  le facteur, il suffit de rappeler est de 700F par an. Si l'on veut se faire une idée des conditions de travail d'un petit fonctionnaire en l'occurence, le facteur, il suffit de rappeler que le 25 août 1891, le Conseil Municipal élet lke voeu que soit supprimer la troisième ddistribution de cpurrier les dimanches et jours fériés. Les employés de tramways eux, gagnent moins de 3.75 F par jour pour douze heures de travail.

Pour  ce qui est de l'Industrie, elle souffre non seulement d'un outillage souvent désuet et d'un défaut d'organisation, mais surtout de la conception que les industriels ont du prix de revient. Celui-ci, à leurs yeux, dépend moins de la qualité de l'outillage que du maintien de bas salaires et d'une longue journée de travail, si bien que l'on assiste à un processus anachronique de paupérisation et de démoralisation : tandis que les salaires nominaux n'augmentent pratiquement pas entre 1882 et 1913, que les charges sociales restent insignifiantes, les industriels recourent beaucoup plus qu'autrefois à la main-d'oeuvre féminine et enfantine, plus docile et moins payée : la filature de coton employait 26 % de femmes et d'enfants en 1845, en 1896, la proportion est de 59 %. En outre, l'industrie recourt à de nombreux étrangers : en 1904, il y a 162 700 belges dans l'arrondissement de Lille.

 

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans HISTOIRE DE WAZEMMES
commenter cet article

commentaires