Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 08:04

L’ORPHELINAT de DOM BOSCO

 

Après les désastres de 1870, il se créa, rue Colson, un orphelinat pour recueillir les enfants abandonnés, qu’on appelait alors les orphelins de guerre.

Les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul dirigèrent pendant quinze ans cette institution qui se divisait en deux catégories d’enfants :

Les plus jeunes fréquentaient les classes,

Les plus âgés allaient travailler dehors et revenaient à l’heure des repas.

On conçoit que la discipline avait à souffrir de la part de ces jeunes ouvriers qui rapportaient à l’orphelinat, avec l’Amour de l’indépendance, le germe des mauvaises passions.

Les Sœurs comprirent les premières qu’une main ferme était nécessaire pour soumettre ces jeunes gens à la discipline.


Dom Bosco et ses disciples jouissaient alors d’une réputation grandissante et très méritée ; le nombre et le succès des établissements fondés par eux dans tous les pays les désignaient naturellement à l’attention des catholiques. On fut heureux de leur confier la direction de l’orphelinat, qui, depuis 3 ans déjà avait été transféré rue Notre-Dame au n° 288

 

Cette maison fut agrandie considérablement : elle avait 57 orphelins en 1884, elle en accueillait 300 au moment de la fermeture de la maison ; 1.500 enfants sont passés par l’orphelinat. Des ateliers furent installés à l’intérieur,  et les jeunes gens apprirent toutes sortes de métiers. L’imprimerie, la lithographie, la galvanoplastie, la reliure, la menuiserie la cordonnerie, la confection selon leurs goûts personnels.

Une harmonie composée des pensionnaires de l’établissement accompagnait souvent les jeunes à la promenade et prêtait son concours à des cérémonies religieuses ou à des fêtes de bienfaisance.

 

Depuis 1891, la maison s’était adjointe une communauté de Sœurs Salésiennes, qui au nombre de 14, se chargeaient de la cuisine, du raccommodage du linge et des multiples soins qui réclament l’attention d’une mère.


Les agrandissements successifs de cette vaste maison, l’outillage des différents ateliers ont nécessités une somme de près de 500.000 F. Les 2 frères Joseph et Ange Bologne ont été les zélés directeurs de cette maison, et ont contribué largement à l’éducation professionnelle de la jeunesse Lilloise. La Société Civile se composait de membres au nom respecté, qu’il suffise de citer : MM. HUET, de MONTIGNY, DESBREUFS, HOUZE de l’AULNOY, Comte de PAS, Julien THIRIEZ, JOUGLEZ de LIGNE.


Pourquoi faut-il que l’esprit révolutionnaire ait vu dans ces humbles prêtres de Dom Bosco et dans leurs nombreux orphelins un danger pour la République ? Par quelle aberration  a-t-on supprimé une école professionnelle modèle, au moment où les commerçants et les industriels se plaignaient amèrement du manque de maisons d’apprentissage pour les jeunes ouvriers.

 

 

Extrait de l’histoire de Wazemmes par l’Abbé Salembier (1912).

 

 

N. B. : Le nouveau site Internet du Club est : www.ambassadeursdewazemmes.fr

            Notre blog : http://clubdesambassadeursdewazemmes.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article

commentaires