Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 18:13

Les Moulins de Wazemmes  (suite)


 

Notre histoire est fort complète sur ce sujet, on peut presque suivre toutes les mutations de propriétaires jusqu’à la Révolution. En 1783, on comptait au faubourg des Malades :

 

            43 moulins à huile

             8 moulins à blé

             2 moulins à scier le bois

             1 moulin à fabriquer le papier

 

Total : 54 moulins à vent

 

Nous avons dit plus haut qu’en 180, il y avait « 277 » de ces machines autour de Lille ; il est probable que Wazemmes en possédait la majeure partie. Toutefois, aucun document ne permet d’en définir exactement le nombre.

Le travail des moulins d’antan était grandement soumis aux caprices du temps, par une construction plus soignée on eût pu remédier à cet inconvénient.

 

Ce n’est pas tout de causer des moulins, il faut aussi, pour être complet, évoquer le souvenir des « olieux », corporation des meuniers de jadis, sorte de tribu, écrit M. Salembier, qui a cessé de camper parmi nous.

 

Quand ils parlaient des probabilités du temps, écrit l’auteur précité, et que l’un d’eux disait : »l’vint tape à l’iau » on pouvait être certain que la pluie ne tarderait pas à tomber. Au demeurant, ils étaient bons vivants, trop assidus peut-être au cabaret et intrépides joueurs de boules, de cartes, d’arcs et de beigneaux ».

L’auteur les compare comme mœurs aux pêcheurs de Gravelines.

 

Mais c’est surtout les jours de tempête, ajoute l’historien, qu’il faut contempler l’ouvrier du moulin,. Comme le matelot, il augmente ou diminue sa voile selon la force du vent. Il est là comme un capitaine à son bord, « maître après Dieu ». Il surveille les planches tremblantes et au milieu des airs qui craquent, ses cinq «étombes » qui écrasent en cadence le lin ou l’oeillette avec un bruit infernal…

 

Les « olieux » ont certainement laissé chez nous leurs générations, du moins à en juger par l’assiduité au cabaret, et l’intrépidité de nos joueurs de cartes et de boules. Mais, du moment que l’atavisme n’est pas poussé à l’excès ; n’est-ce pas  encore une qualité de race. Hélas, comparés à certaines débauches modernes, soyons presque heureux que les wazemmois aient conservé les défauts de leurs ancêtres ; comme dirait M. Prudhomme, entre deux malheurs il faut choisir le moindre.

 

 

                                                                                                                                 F. Vancoillie

 

 

moulin2-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans Evolution de Wazemmes
commenter cet article

commentaires