Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 11:02

Fêtes du 6 avril 1924

 

 - A propos des vinaigrettes :

 

Le 6 avril prochain, le Comité des Fêtes de la rue Léon Gambetta, à l’occasion du cortège :

«  La Rosière de Wazemmes sous le Premier Empire »

remettra à jour une antiquité lilloise disparue : La Vinaigrette.

 

Les vieux Lillois seuls se souviennent de ces véhicules d’un caractère absolument local qui subsistèrent malgré le progrès jusqu’en 1875 environ.

Jadis des « commissionnaires publics », « loueux d’vinaigrettes » attendaient leur tour sur la Grand-Place de Lille, tout comme nos cochers de fiacre et nos chauffeurs de taxis d’aujourd’hui.

 

Après 1870, on en signalait encore dans notre ville, notamment une vieille dame qui se rendait à l’église Saint Etienne, sa paroisse, qu’en sa propre vinaigrette. On connaît l’aversion qu’eurent toujours nos grands-mères pour les moyens modernes de locomotion, trains, tramways, autos, etc ..., c’est certainement à cette aversion que nos vieux vehicules durent une si longue vie.

 

Le dernier « loueux » ou « pousseux » de vinaigrettes termina sa carrière à Lille, comme commissionnaire « témoin aux Actes d’Etat Civil » vers 1880, ayant dû depuis dix ans environ abandonner son propre métier.

 

L’académicien Jony s’étonnait déjà, vers 1850, de trouver encore des vinaigrettes à Lille. Il les décrit en ces termes : C’est une sorte de chaise à porteur montée sur deux roues et que tire un homme attelé comme un cheval.

 

Une survivante est conservée au musée lillois du Palais des Beaux-Arts ; avec l’autorisation de M. Théodore, le Comité de la rue Léon Gambetta vient de la faire photographier, elle appartenait jadis à M. L. Danel, Imprimeur à Lille, qui la légua au Musée.

 

Rappelons aussi que le chansonnier Desrousseaux aimait les vinaigrettes, il en causa dans quelques chansons, notamment dans « Ptit Price et Marianne Tambour » que le troubadour lillois fait finir comme « pousseux d’vinaigrette », après avoir été des héros sur les champs de batailles.

 

F. Vancoill

 

fontaine--copie-3.jpg


Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article

commentaires