Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 19:08

 suite de P. PIerrard 

Lille : dix siècles d'histoire

 

   Il faut se réjouir de ce que la ruche bibliothèque de la collégiale et du collège Saint-pierre ait été heureusement sauvée : elle constituera le fonds premier de la Bibliothèque communale de Lille.

   De même, il faut être reconnaissant à l’archiviste Ropra d’avoir contrevenu aux ordres de la Convention  qui voulait qu’on transformât en gargousses les «  papiers de la féodalité » et d’avoir ainsi sauvé les inestimables fonds anciens des archives du département et de la ville.

   Mais dans l’ensemble les opérations consécutives à la vente des biens nationaux constituent une perte irréparable. Dans une ville découronnée de ses tours, des ses flèches, disparaissent on sont à jamais défigurés des bâtiments, qui avec leur mobilier, constituaient un patrimoine accumulé depuis six siècles.

 

Réduite à six paroisses, ayant perdu son chapitre de chanoines et ses nombreuses communautés religieuses, Lille voit ses hôpitaux, asiles, orphelinats regroupés en cinq établissements : l’hospice Comtesse, l’hôpital Saint-Sauveur, l’hospice Ganthois, devenu « hospice des Vertus républicaines », l’hôpital Stappaert et l’hôpital Général.

 

   Tout est bouleversé, les cadres administratifs comme les institutions de base ; tout est laïcisé. Mais si on a accumulé des ruines, on manque de moyens pour reconstruire. C’est le cas, particulièrement, pour l’enseignement. Le collège Saint-Pierre a disparu. L’ex-Collège Royal, qui avait 200 élèves en 1789, n’en a plus que 60 en 1791 : les maîtres manquent. L loi du 7 ventôse an III fixe une Ecole centrale secondaire à Lille, Cambrai, Maubeuge. Fureur de Douai qui accuse Lille d’être « dissolu et trop bruyant », donc impropre à l’enseignement. Alors le Directoire, privé de fonds, décide, en brumaire an IV, de ne maintenir dans le Nord qu’une seule école centrale, à Maubeuge. Fureur de Lille : « Ce serait une barbarie digne de Robespierre que de reléguer les jeunes gens dans la partie la plus excentrique du département ».

 

  Alors,  grâce à son député au Conseil des Anciens, Mathieu Depère, la ville de Lille obtient à son profit le transfert de l’Ecole centrale du département : quoique gratuite, elle fonctionnera médiocrement, de l’an IV à l’an X, avec des maîtres (Watteau pour le dessin, Lestiboudois pour la botanique, Vanbavière pour l’histoire) non ou mal  payés et avec de 150 à 200 élèves : très peu d’enfants possèdent l’instruction voulue pour passer du primaire dans le secondaire.

 

   L’enseignement primaire à Lille durant la Révolution est encore plus misérable. Fermées les écoles religieuses, c’est le marasme ; en thermidor an III, la municipalité constate : « Quelques démarches que nous ayons pu faire pour l’établissement des écoles primaires, nous ne pouvons encore nous flatter d’en avoir une existante ».

 

   En vendémiaire an IV les quatre instituteurs communaux – logés dans les anciens presbytères – ferment leurs écoles, n’ayant pas les moyens d’acheter de la houille pour chauffer les salles. Il y a bien des écoles particulières, mais elles sont tenues par des incapables ou des inadaptés, des anciens moines comme Inglard et Lacombe, ou cette demoiselle Labitte, rue des Vicaires-Saint-Etienne, qui, en l’an VIII, libelle ainsi une lettre officielle : « Si vous souhaitez avoir la probation des parens je vous le ferez passez ; j’en ferez le catalogue » (sic). En l’an VI (1798), alors que Lille comptera 66.000 habitants, il n’y aura que 518 garçons de 4 à 20 ans dans les écoles communales.

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans Culture - Patrimoine
commenter cet article

commentaires