Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 09:27

L' PREMIER AUTOMOBILE A TARTAGROBORR

 

suite

 

- Eh ben ! dit Mélie, les v’là bien qui vienn’tent ichi, à pied, encore !

- Si on leu’ j’t’rot des briqu’s après leu’ tiète, s’écrie Clachiron l’cordier qui, toudis prudent et grâce à s’petite talle, s’cachot derrière Julie Monpays qu’elle est pus grosse qu’un tonniau ?

- A quoi qu’cha servira, répond l’grande Cath’rine, si ch’est des démons, i’s n’sintiront rien.

 D’ leu’ côté, les gins de l’voiture, n’se doutant point de lm’ peur qu’i’s faijott’nt, mais intrigués d’vir tant d’monde rassemblés, n’avainchott’nt qu’à p’tits pas et i’s étott’nt peut-ête à trinte mètes des plus francs bougres d’Tartagroborr, quand eune clameur extraordinaire r’tintit :

- Ah ! …. Lez v’là !....

L’auteur ce cheull’ clameur, vous l’avez d’viné, ch’étot Courhamais l’garde champête, qui peut s’dire, comme l’Chevalier bayard, « sans peur et sans reproches ». L’képi su’ l’orelle, l’sabre au clair, seul, i’s’avainche au d’vant du couple, arrêté d’puis quèqu’s minutes et, à quinze pas d’eusse, i’ fait eun’ sommation :

- Qui êtes-vous ? D’où v’nez-vous ? Où allez-vous ? Que faites-vous ? Où d’meurez-vous ?

L’aute quoique étonné, à répondu à tous les questions : J’me nomme Vabienvite, fabricant d’vélocip^ètes et d’automobiles à Lille, d’uch’ qie j’viens et j’vas à Tartagroborr vir monsieur Babenne, l’Maire.

- Quoi ! vir l’maire avec eun’ mécanique comme chas, avec eun’ voiture sans qu’va, au nom d’la loi, vous n’passerez point, s’écria Courjamais in v’nant violet d’colère.

-Mais la loi n’m’impêche point de m’pourmener avec un automobile, j’suppose !

- Automobile ! Automobile ! répond l’garde champète qui n’compernot point ch’mot pa’ l’bonne raison qu’i’ n’ l’avot jamais intindu prononcer. Automobile !

- Eh ben ! Awi, automobile, ajoute l’aute.

- Automobile ! Et, tout en répétant pou’ l’quatrième fos ch’mot, l’brave agent de l’ force publique, mettot sin minton dins s’main gauche.

Ah ! j’y suis, qu’i’ s’écrie tout d’un cop, monsieur, excusez, ch’est biète un paysan qui n’lit point l’journal.

Et, se tournant vers les Tartagroborriens et Tartagroborriennes qui, un peu à l’fos, s’étott’nt approchés, ‘i’ leu crie : Au nom de la loi, laichez passer tranquill’mint ch ‘monsieur et cheull’ dame, qe’elle est étraigère, elle vient d’un pays uch’ que les gins sont app’lés automobiles, qio sait, ch’est p’t-êts in Russie.

Alors, vous m’cropirez si vous vodrez, les figures des femmes comme cheull’s des hommes ont cangé d’couleur, l’frayeur a fait plache à l’joie, si j’ose l’dire ainsi et, dix minutes après, l’machine réparére traversot l’villache et point un habitant de l’ver s’casquette in l’air et d’vrier : Vive Automobile ! Vive la Russie !

- Dit’s incore qu’on est in r’tard au villache, surtout à Tartagroborr.

Cath’rine LONBIEC

 

23-01-2013-1120-31.jpg

 

Photo Carlos Bocquet

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans Culture - Patrimoine
commenter cet article

commentaires