Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 00:00

D’après P. Pierrard

 

Le Pays des géants

 

Au pays flamand – de langue et de mœurs -, les mannequins de carnaval ont une tout autre allure et, passé les fêtes, ils ne s’en vont pas en fumée, mais réintègrent les hangars municipaux où, par les trous de serrure, par les interstices des planches mal jointes, les gamins iront les contempler dans leur auguste repos. Ces mannequins d’osier ou de bois, promenés dans les cortèges, ce sont les géants processionnels, si caractéristiques du folklore septentrional.

 

Qu’importe leur origine, d’ailleurs controversée : chefs-d’œuvre des métiers médiévaux, descendants de Saint Christophe ou de Gargantua, originaires d’Espagne ou de Scandinavie, survivance, dans les villes flamandes, du culte druidique, des temps brumeux et froids des forêts vierges et des marais inviolés, les géants du Nord, du moins un certain nombre d’entre eux, ont survécu à la rage iconoclaste de la Révolution française.

Et si, au XIX° siècle, ils ne sont pas aussi nombreux qu’aujourd’hui, du moins ceux que l’on promène sont les plus beaux, les plus anciens.

 

Voici les Reuze, sans lesquels le carnaval de Dunkerque et de Cassel ne seraient rien. Personnifiant, par son accoutrement, un légionnaire romain, à moins que ce ne soit Robert 1er le Frison, comte de Flandre, Reuze Papa, à Dunkerque, est accompagné dans ses sorties par six gardes du corps, petits géants flanquant son char, et par quatre personnages composant sa famille : Pietje, Mietje, Boutje, Meisje.

A Cassel, depuis 1860, Reuze Papa a une épouse, Reuze Maman : leur sortie est scandée par une très vieille chanson flamande :

 

 

Als de groote Klokke luif,

De Reuze Komt uit

Keere u e’s om,de reuze, de Reuze,

Keere u e’s om,

Reuzekom *

 

Bien entendu la procession géante est le prétexte de mains amusements qu’à Dunkerque, orchestre la Vischer-bande : la bande des pêcheurs d’Islande qui, à la veille de s’embarquer, organise une formidable bordée masquée d’où se détachent certains travestis célèbres :  les Pierlata, au costume violet et rouge et aux bosses énormes ; le tambour major Pintje-Bier (Pinte de bière), ou ces « macabres » dont seuls bras et jambes émergent d’une grosse boule figurant le corps…

Le cortège se disloque devant l’hôtel de Ville d’où sont jetés des paniers de harengs fumés.

 

 

Bailleul, depuis 1852, a aussi son géant de carnaval : Gargantua, qui est représenté assis à table, dévorant un mouton entier et servi par une vingtaine de bruyants marmitons. Et les Bailleulois de chanter, mi-français, mi-flamand :

 

Carnaval n’est pas mort,

 Car il vit encor !

En geeft zeer eenen wafer

Aen Mynheer Galafferde !

Voilà ! Voilà ! Voilà !

Voilà Gargantua

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans Culture - Patrimoine
commenter cet article

commentaires