Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 15:59

 

D’après P. Pierrard

suite 

La rue Vivante

 

A Hazebrouck, le lundi de la Mi-Carême est marqué par un grand cortège historique où revivent les personnages qui ont fait le passé de la ville et qu’ouvre le géant Roland de Roncevaux, vêtu d’écarlate et d’argent, sa bonne épée sur l’épaule et le grand écu au côté Et puisqu’un comte de Flandre fit jadis à la ville un procès pour une histoire de noyer, un mannequin surnommé comte Demy-Caresme, à l’air stupide et fat, déverse de son char, sur le parcours plusieurs centaines de kilos de noix (gauques) que la foule s’efforce de saisir.

De telles réjouissances ne sont pas spéciales au Carnaval d’hiver et à la MI-Carême.

 

Cambrai fête le carnaval d’été à la mi-août en promenant ses deux jacquemarts colossaux : Martin et Martine, un forgeron et sa femme qui, autrefois, assommèrent des assaillants qui cherchaient à s’emparer de Cambrai. Vêtus à la façon des Maures et armés d’un lourd maillet de fer, arme de leurs exploits.

Martin (2 m 40) et Martine (2 m 20) traînent derrière eux une cohorte de sociétés accompagnées de leurs drapeaux et de leur fanfare, et s’arrêtant tous les cent mètres pour danser.

 

Depuis le milieu du XIX° siècle, les grandes fêtes de Lille, les Fastes de Lille, héritières de la fameuse Procession de la Trinité, comportent un cortège historique avec représentation de personnages géants.

A côté de Jeanne Maillotte et autres Philippe le Bon, finit par s’imposer le duo formé par Lydéric et Phinaert, les fondateurs mythiques de la ville.

Des chars humoristiques viennent parfois rompre l’ordonnance solennelle.

 

J’ai vu l’imp’reur de Chine

Aveuc tous ses sujets

Et puis l’quar de méd’cine

Pour l’maladie qu’on sait :

D’avoir tous chés séringues

Berloguer d’tous côtés

J’ai eu ma à min vinte

Quand j’les ai vu passer.

 

Comme autrefois, les fêtes de Lille sont marquées par des joutes sur la Deûle, des concours de jeux et de musique. Parfois aussi par un carrousel, à l’imitation de Maubeuge, Doullens, Hem, Saint-Omer, Wattrelos où des jeunes gens de la ville, le dernier dimanche de mai, offrent un carrousel aux cavaliers des communes voisines.

Premier prix : un joli harnais de tilbury – second prix : une belle selle anglaise avec bride –

troisième prix : une paire de bottes de cavalier et une cravache ; ou encore des couverts d’argent.

 

Ce qui caractérise les fêtes d’Arras, ce sont les chansons patoisantes qui célèbrent Colas et Jacqueline, paysans naïfs et madrés de la banlieue, amoureux l’un de l’autre par surcroît.

 

La ville de Comines, le deuxième dimanche d’octobre, connaît la fête des Louches, inspirée d’une légende médiévale ; un défilé costumé et historique s’y termine par un jet de louches, lancées par centainesdes fenêtres de l’hôtel de ville.

 

Armentières, le deuxième dimanche de septembre, célèbre la fête des Nieulles, marquée elle aussi par un arrosage public, moins brutal celui-là puisque les louches sont ici remplacées par des petits gâteaux ronds (nieulles) fort appétissants.

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans Culture - Patrimoine
commenter cet article

commentaires