Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 09:12

 

LA GUINGUETTE DE LA NOUVELLE AVENTURE 

 

.

 

 Il est des monuments qu’on ne voit plus qu'en esprit. Les uns ont entièrement disparu, les autres ont été transformés de telle sorte qu’ils en sont devenus méconnaissables; si l'on veut y promener sa pensée, il faut faire de grands efforts d'imagination, à moins qu’on ne trouve quelque part des renseignements qui les rappellent avec assez de fidélité pour qu'ils revivent dans leur ancien état. Dernièrement nous avons comme ressuscité le Cirque de Lille, grâce au manuscrit d'un touriste Dunkerquois et aux souvenirs de deux vénérables nonagénaires. Serons-nous assez heureux dans nos recherches, si nous voulons satisfaire le correspondant anonyme qui désirait que, dans une de nos promenades,  nous eussions un mot sur la Nouvelle-Aventure.

Ici j'ai des impressions personnelles et puis nos contemporains l'ont bien connue, car la Nouvelle-Aventure existait encore il y a moins de vingt-cinq années. Toutefois, j'ignorais ses destinées antérieures cachées dans la nuit des temps ; elle n'a en effet, qu'une place très restreinte dans les ouvrages qui parlent de l'ancien Lille et de ses environs, et l'on a presque le droit de s'étonner qu’ayant contribué si souvent à l'amusement de nos pères, elle ait laissé si peu de traces dans leur histoire.

Fort à propos il se rencontre des hommes qui ont l'utile passion des curiosités artistiques, historiques ou littéraires ; ils amassent des documents, non pas afin de s'en servir tout seuls, comme des tuteurs jaloux , mais pour en faire profiter les studieux. M. Quarré-Reybourbon est un de ces collectionneurs compétents dont la bibliothèque est d'une richesse remarquable en ce qui concerne notre passé. Dès qu'on y pénètre, l'oeil est frappé par une relique très originale, un lustre dont la suspension représente une fleur de lys, d’un goût peut-être contestable, mais respectable par son ancienneté ; c'était une pièce du mobilier, de ce Cirque dont nous parlions dans notre précédent article. Tout autour sont rangés des livres, des cartons, dans un ordre parfait. C'est là que M. Quarré a eu la complaisance de me mettre en main des pièces de divers genres qui ont rapport à la Nouvelle-Aventure et par son moyen, j'ai pu accomplir ma promenade.

Et d'abord, un manuscrit du XVII° siècle m’a appris que ce lieu de plaisir, cette célèbre guinguette, puisqu'il faut l’appeler par son nom, a été originairement un bien d'église ; la preuve en est dans le détail des propriétés appartenant, aux alentours de Lille, à l'évêque de Tournai.

Cet inventaire comprend la ferme de la Nouvelle-Aventure, avec une carte des terres évaluées en mesures et monnaies du temps, et un dessin colorié du bâtiment lui-même où l'on reconnaît ses terrasses en pente, ses pavillons et ses tourelles, telles que nous les avons vus de nos jours. Caloine, l'habile architecte de l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, construiye sur l'emplacement de la propriété épiscopale, a voulu certainement rappeler cette pieuse origine, en apposant, sur le côté droit de l’édifice  les armes de la ville de Tournai.

M. J. Scrive me communique à l'instant un article du Progrès de Lille (18 mai 1883) qui éclaire la question et que le lecteur me saura gré de lui faire connaître.

« Lorsque le roi Philippe le Bel s'empara de Tournai, il accorda, en compensation, aux évêques de cette ville la propriété de Wazemmes. L'écusson du Tournaisis devint alors celui de Wazemmes, qu'on peut voir sculpté sur la façade de l'église actuelle Saint-Pierre Saint-Paul (côté droit) semé de France (fleurs de lys) à la tour d'argent surmontée de deux tours de gueule, au sommet de la tour, deux crosses.

Les évêques firent bâtir un magnifique château qu'ils habitèrent, d’après Buzelin, Annales Gallo Flandriæ). Ce fut de ce palais que l'évêque Jean de Prat accorda, le 12 octobre 1340, des privilèges. aux fidèles qui iraient écouter le salve Regina tous les samedis à la cathédrale de Tournai.

 Quoique Wazemmes soit devenu la propriété des évêques Tournaisiens, le Chapitre de Saint-Pierre n'en continua pas moins, ainsi qu'il résulte d’une bulle signée du Pape Célestin II, à recevoir les bénéfices de l’autel.

Pour être admis à l'honneur de figurer dans les Vues d’optique offertes au public, il faut qu'un monument jouisse d'une certaine célébrité dans le monde ; c'est une garantie de notoriété que de pouvoir briller derrière les verres grossissants de nos exhibitions foraines. Si un monument est adopté par les montreurs de curiosités, on en doit conclure qu'il a véritablement des droits à la renommée.

 

 

                                                                                                              CHON : Promenades Lilloises, 1888, à suivre

  aventure.JPG

 

 

document prêté par Mme Milon-Seghers (extrait du journal "le Lillois"

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans Culture - Patrimoine
commenter cet article

commentaires