Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 17:39

L’ANNEXION DE 1858

Lille vers 1850 étouffe derrière ses remparts, les 6 agrandissements antérieurs ne suffisent plus. Wazemmes, Esquermes, Moulins se développent à un rythme beaucoup plus rapide car l’espace ne manque pas. En plus, ces communes prospères et risquent de supplanter Lille.

Le maire de Wazemmes, Mourmant, n’est pas hostile à un projet d’annexion. Cette annexion permettrait d’ailleurs des liaisons plus faciles avec Lille et libérerait 248 ha par le démantèlement des fortifications.

Le 2 juillet 1858, est signé à Plombières par Napoléon III, le décret d’annexion.

Lille gagne 500 ha et 40.000 habitants. Les fortifications sont reportées au-delà des communes annexées (boulevard de Metz etc…) de nouvelles portes sont crées : de Béthune, des Postes, d’Arras, de Valenciennes..) Les terrains gagnés passent aux mains de compagnies privées qui se chargent ensuite de les revendre. La spéculation effrénée fait monter le prix du m² qui passe de 1 F à 100 F. Les ouvriers lillois refluent vers les communes annexées et viennent grossir le nombre des indigents.

Tous les propriétaires d’immeubles vont profiter de cette affluence et louer à des prix élevés des appartements, des chambres, des meublés. Ceux qui possèdent un jardin, un terrain, une arrière cour, vont construire des logements au meilleur prix et implantent des réseaux de courées à l’intérieur des îlots.

Des usines quittent Lille et s’installent à la périphérie, le terrain est à bon prix, la place ne manque pas et on peut construire de gigantesques usines textiles à 2 ou 3 étages.

Ainsi la population de 1858 allait avoir des conséquences imprévisibles et douloureuses, elle faisait de ces communes prospères des quartiers industriels, misérables, où la paupérisation allait se développer avec son lot de souffrances, de laideur et de misère.

MORPHOLOGIE DE WAZEMMES AVANT L’ANNEXION

1) LA VOIRIE : Nous avons retracé brièvement les péripéties de d’histoire de Wazemmes et sa dépendance vis-à-vis de Lille. Voyons à présent quels étaient la structure et le paysage de Wazemmes avant l’annexion.

Tout d’abord le réseau des rues et des chemins en 1858 nous amène à considérer la voirie de l’ancien régime.

Les plus anciennes rues de Wazemmes sont celles de la Bouvacque (rue Kolb) de Flandre, de Manuel et de la rue Notre-Dame (Gambetta).

Le secteur le plus ancien entre la rue des Stations et la rue Notre-Dame présente un réseau cohérent ; le long du canal des Stations qui rejoint la rivière Arbonnoise (à la place qui porte ce nom aujourd’hui) existait une rue des Stations qui se prolongeait par la rue de l’écluse au Nord et la rue d’Esquermes au Sud.

De la propriété de l’évêque partait le « chemin de l’évêque » qui empruntait les rues Charles Quint, du Marché, de la Justice, la rue de Bapaume et se dirigeait vers Tournai.

A suivre

Partager cet article

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article

commentaires