Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 17:22

Limite entre Lille et Wazemmes :

Cette ligne de banlieue correspondait à peu près à la rue Solférino et contenait 150 hectares.

Le 23 avril 1670, Louis XIV accorda à la ville de Lille une nouvelle banlieue qui comprenait sur Wazemmes quatre bonniers pris dans le faubourg de la Barre.

D’autre part, à sept reprises différentes, l’enceinte de Lille fut agrandie. Avant le XII° siècle, elle ne comprenait pas plus de dix hectares, soit dix fois la Grand’Place actuelle…

Les trois premiers agrandissements ne firent que développer l’enceinte de la ville ; mais à partir du quatrième datant de 1603, nous voyons le territoire de Wazemmes diminuer au profit de sa puissante et quelque peu avide voisine, dont chaque progrès ne fait qu’aiguiser l’appétit et préparer les voies à l’absorption totale.

L’agrandissement de 1603 était projeté depuis longtemps. En 1562, les échevins avaient présenté à Marguerite de Parme, régente des Pays-Bas, une requête sollicitant l’autorisation d’agrandir la ville, depuis la porte des Malades (Paris) jusqu’à celle de la Barre. Mais les troubles religieux qui survinrent firent ajourner ce projet. En 1598, sous le gouvernement des archiducs Albert et Isabelle, les échevins furent heureux d’obtenir gain de cause par une ordonnance du 4 juin 1603. Toute la partie annexée comprenait la rue Denain, les Bains Lillois, la rue Lydéric, la place Jacquart, la rue Jeanne Maillotte, la place Richebé, la rue Gombert, les squares Jussieu et Dutilleul, d’une superficie de 115 hectares, et diminuait d’autant notre commune. Les fortifications correspondantes furent achevées en six années.

Pour permettre à la ville d’élargir son enceinte, Michel d’Esne, évêque de Tournai, et Seigneur de Wazemmes, renonça à ses droits sur quelques terrains englobés dans le nouveau périmètre. Aussitôt des difficultés apparurent pour désigner la paroisse à laquelle appartiendrait de territoire enlevé et incorporé à Lille.

Wazemmes avait des droits incontestables, pour lever toute difficulté, l’Echevinage de Lille écrivit à l’évêque de Tournai ; il lui dit que les chemins qui conduisaient à l’église de Wazemmes étaient si fangeux qu’il était difficile d’y parvenir ; d’ailleurs il ne convenait pas que « des habitants de ville (Lille) fussent paroissiens d’une église de village (Wazemmes)». De plus il promettait de justes indemnités à la cure de Wazemmes, car il ne convenait pas que des habitants qui avaient élevé des maisons de grand prix soient paroissiens d’un village…

Il arriva en effet qu’en 1605, le cadavre d’un nommé Dufresne ne put être convoyé à Wazemmes à cause de l’état des chemins.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoiire de Wazemmes
commenter cet article