Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 19:18

NOTRE PROCHAINE REUNION AURA LIEU LE LUNDI 13 FEVRIER à 14 H 30 au club 26 rue Jules Guesde.

Nous exposerons dans les Halles de Wazemmes DES PHOTOS et des PLANS ANCIENS du village de Wazemmes : le  DIMANCHE 19 FEVRIER de 9 H 3O à 13 H

LA VIE à LILLE - WAZEMMES à LA FIN DU XIX° siècle

 A Lille, une demoiselle de magasin gagne 7OO F par an, une dame de comptoir de 8OO à 1.000 F, <un employé nourri> autour de 1.500 F.

En 1884quand le second fils de A. Desrousseaux,, Georges, bachelier és lettres,entre à la Préfecture du Nord en tant de surnuméraire, son traitement  annuel est de 600 F, - la misère -un fileur de coton : 1 500 ; il est vrai que dans les teintureries, la moyenne en 1914  le facteur, il suffit de rappeler est de 700F par an. Si l'on veut se faire une idée des conditions de travail d'un petit fonctionnaire en l'occurence, le facteur, il suffit de rappeler que le 25 août 1891, le Conseil Municipal élet lke voeu que soit supprimer la troisième ddistribution de cpurrier les dimanches et jours fériés. Les employés de tramways eux, gagnent moins de 3.75 F par jour pour douze heures de travail.

Pour  ce qui est de l'Industrie, elle souffre non seulement d'un outillage souvent désuet et d'un défaut d'organisation, mais surtout de la conception que les industriels ont du prix de revient. Celui-ci, à leurs yeux, dépend moins de la qualité de l'outillage que du maintien de bas salaires et d'une longue journée de travail, si bien que l'on assiste à un processus anachronique de paupérisation et de démoralisation : tandis que les salaires nominaux n'augmentent pratiquement pas entre 1882 et 1913, que les charges sociales restent insignifiantes, les industriels recourent beaucoup plus qu'autrefois à la main-d'oeuvre féminine et enfantine, plus docile et moins payée : la filature de coton employait 26 % de femmes et d'enfants en 1845, en 1896, la proportion est de 59 %. En outre, l'industrie recourt à de nombreux étrangers : en 1904, il y a 162 700 belges dans l'arrondissement de Lille.

 

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans HISTOIRE DE WAZEMMES
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:33

Durant les 6 visites organisées durant les mois de juillet et août, nous entraîné les visiteurs à travers les Wazemmes et ses coins secrets, des lieux insoupçonnés, curieux, agréables, invisibles de la rue. Il arrive souvent que les participants aient envie d'y habiter...

Nous avons à nouveau fait de même pour les 4 visites des Journées Européennes du Patrimoine,

Wazemmes est multiple : des cours sont fleuries et proposent une vie agréable, aérée, conviviale

De même pour les résidences, certaines sont fermées, fleuries, construites autour de patios, il arrive que les résidents organisent des repas en commun.

une ancienne usine transformée en résidence au bout de la rue Gambetta

une ancienne usine transformée en résidence au bout de la rue Gambetta

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 16:15

Sur la place des Quatre Chemins, devenue place de la Solidarité, une qualité que Jean Vindevogel a connu dans son enfance wazemmoise et a toujours appréciée.

Il se souvient des chats chiens, oiseaux, poules, pigeons, lapins que chaque dimanche, les citadins venaient acheter aux paysans de la campagne environnante.

Gamin il allait dans les remparts cueillir de l’herbe afin de nourrir ces derniers…

Mais il ne s’habituait pas à cette sculpture installée au centre du rond-point : les Ecossais ont le monstre du Loch-Ness dont on ne voit que la tête et la queue, nous nous avons un monstre qui n’a ni queue ni tête…

- c'est un point de repère près de la Caisse d'Assurance Sociale et de la Poste.

L'objet sans queue ni tête que beaucoup appelle "le serpent"

L'objet sans queue ni tête que beaucoup appelle "le serpent"

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 15:51

L’Hôpital Saint Antoine

Sa construction débute le 16 juin 1888, financée comme l’asile des Cinq Plaies (maison de retraite Notre-Dame d’Espérance de nos jours) par la famille Féron-Vrau* qui, à la suite du décès de leur fille unique financèrent ces deux établissements.

L’hôpital fut inauguré la 16 octobre 1890. Un dispensaire était adjoint afin de dispenser aux enfants des familles ouvrières de Wazemmes des consultations gratuites.

La soeur Saint-Paul fut appelée pour en prendre la direction, elle mourut entourée des religieuses le 14 avril 1907, épuisée.

Le secteur situé entre le boulevard Victor Hugo et à l'arrière le boulevard de Strasbourg va voir un programme immobilier important modifiér ce secteur.

Rasée  à sa place un programme immobilier va voir le jour.

Rasée à sa place un programme immobilier va voir le jour.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 15:58

UNE DERNIERE VISITE DE WAZEMMES

aura lieu demain samedi 29 août, départ à 14 H 30 de l'arrière des Halles de Wazemmes côté place du marché.

L'itinéraire n'est pas fixé pour le moment.

une partie du groupe lors d'une promenade dans Wazemmes

une partie du groupe lors d'une promenade dans Wazemmes

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:33

En 1905, un incendie d'une violence extrême a détruit complètement ce 19 avril la filature de coton Lefebvre-Horent, 284 rue Léon Gambetta (entre la rue d'Antin et la rue de la Tranquillité).

La chaleur était si intense que les maisons vis à vis du brasier souffrirent énormément malgré les mesures de préservation prises... la plupart furent endommagées.

Actuellement on construit le futur "Covent Garden" qui remplacera l'ancienne école "Louise de Marillac" transférée à Loos

la façade de l'usine durant l'incendie à l'angle de la rue d'Antin

la façade de l'usine durant l'incendie à l'angle de la rue d'Antin

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 16:33

Propriété à Wazemmes située au bord du canal des Stations, située entre la rue Catel Béghin et la rue du Port.

Elle appartenait à Monsieur Caloine, architecte de l'église St Pierre St Paul située sur la place de la Nouvelle Aventure.

Une vue de cette maison située au bord du canal des Stations

Une vue de cette maison située au bord du canal des Stations

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 17:37

Une visite aura lieu le samedi 29 août prochain -

Départ 14 H 30 devant les Halles de Wazemmes côté marché.

La visite du mercredi 19 partira du club des ambassadeurs de Wazemmes 26 rue Jules Guesde - Rendez-vous à 14 H 30.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 15:10

La situation à la veille de la 1ère guerre

En 1913 comme sous le second empire, le travailleur est la principale victime des crises économiques, surtout du mouvement dépressif qui s’étale de 1873 à1896 ; mais l’ouvrier ne profite pas davantage de ces différentes phases de croissance :

- en 1911 une vague de « vie chère » écrase le budget des ouvriers et rend 40 000 personnes tributaires du bureau de bienfaisance :

- un tisseur de Moulins-Lille, marié père de 2 enfants gagne 22.50 F par semaine. Pour assurer la vie du ménage : loyer, frais de bouche, éclairage (pétrole) lessive, etc. coûte 34 F 35 (obligation de recourir à la maison de crédit).

Le secours du Bureau de Bienfaisance, la charité (les œuvres sont indispensables) … heureusement elles sont nombreuses à Lille.

En 1914, comme deux cents ans auparavant, il y a toujours des distributions de pain (1 100 tonnes en 1902) , de soupe et de charbon, des fourneaux économiques (900 000 portions en 6 mois en 1911), des chauffoirs publics, des asiles de nuit…

Cette misère touche un cinquième de la population. A Lille en 1913, il faut se porter au secours des 8.000 veuves.

Il faut aussi s’occuper, à domicile, des vieillards, car on manque de lits dans les hospices !

une distribution de secours aux familles...

une distribution de secours aux familles...

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 16:44

Lorsque l'on parle "de la misère imméritée des travailleurs" on pense surtout aux ouvriers d'usine, mais à Lille, "une demoiselle de magasin" gagne 700 F par mois, une dame de comptoir de 800 à 1 000 F, un "employé nourri" autour de 1 500 F.

En 1884, lorsque Georges, le second fils de Desrousseaux, bachelier ès lettres entre à la Préfecture du <nord comme surnuméraire, sont salaire annuel est de 600 G, - la misère- un fileur de coton en gagne 1 500 F, mais dans les teintureries la moyenne est en 1914 de 700 F par an.

Si l'on veut se faire une idée des conditions de travail d'une petit fonctionnaire - un facteur par exemple, il suffit de rappeler que le 25 août 1891, le Conseil Municipal émet le voeu de supprimer la troisième distribution des dimanches et jours fériés...

Les employés du tramway gagnent moins de 3 F 75 par jour pour 12 heures de travail !

les commerces de la rue Neuve en 1900

les commerces de la rue Neuve en 1900

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes - dans histoire de Wazemmes
commenter cet article