Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....
  • Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes est constitué d'une équipe de retraités dynamiques dont l'objectif est de transmettre la mémoire du quartier à toute les générations....

Recherche

12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 12:23
lille le plébiscite du 8 mai 1870
lille le plébiscite du 8 mai 1870

Les résultats de ce plébiscite par lequel l’empereur demandait aux français d’approuver les réformes libérales des dernières années donnèrent la preuve que la société lilloise n’était absolument pas d’accord.

Le Comité Lillois d’adhésion au plébiscite composé de notables industriels effrayés par la montée républicaine, s’oppose le Comité antiplébiscitaire animé par tous les chefs démocrates et présidé par Achille Testelin.

Le non l’emporte dans les 7 sections les plus ouvrières (Saint-Sauveur) les non atteignirent 70 %.

Au total pour Lille : 8.796 non 8.459 oui. (le peuple n’approuve pas l’empereur)

Le texte de l’assiette qui illustre ce texte est :

A mes chansons

Vous ne serez point publiées Vous n’irez point avec Sénèque

Par les journaux de tous pays Remplir un illustre casier

Vous ne serez point reliées Vous aurez pour bibliothèque

En maroquin du plus haut prix La mémoire de l’ouvrier

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 17:31
Lille Wazemmes en 18678 suite N°3

Ces « points noirs » se multiplient au cours des deux dernières années d’un régime qui, en se libéralisant, forge des armes contre lui-même. La loi du 9 mai 1868 qui supprime, pour la presse, l’autorisation préalable et le système des avertissements, permet au Progrès du Nord de monter d’un ton ; et la Lanterne va proliférer à LILLE, quitte à ce que, le journal pamphlétaire de Rochefort ayant été obligé de se réfugier en Belgique, passe allègrement la frontière dans la poche des voyageurs ou la casquette des chefs de train.

Le 6 juin 1868, une loi autorise, sous certaines conditions, les réunions publiques. Or, à Lille au cours de l’année suivante, une mini crise éclate qui provoque du chômage : patrons et ouvriers en attribuent la cause au traité passé avec l’Angleterre.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 17:29
Lille Wazemmes en 1867 suite N°2

Mais les temps ont changé : le mécontentement populaire ne s’exprime plus seulement par le recours illégal (et sévèrement puni) aux cris et écrits séditieux. Les ouvriers disposent de puis 1864 du droit de grève… si Lille ne connaît pas les heures furieuses de Roubaix en 1867, la ville voit se développer quelques mouvements de grève dans la métallurgie ‘mouleurs) et le textile (filtiers) : ils obtiendront des augmentations de salaire.

C’est donc dans une ville profondément troublée que Napoléon III et Eugénie président aux fêtes organisées le 25 septembre pour le 2° centenaire de la réunion de Lille à la France.

Il y a foule pour contempler les souverains. Mais c’est tout de même à Lille que l’Empereur, pour la première fois, laisse échapper, au cours d’un discours resté célèbre, une phrase pessimiste : « Des points noirs sont venus assombrir notre horizon… »

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 17:21
cuisine populaire crise économique lille en 1867
cuisine populaire crise économique lille en 1867

Nouvelle crise économique provoquée par la surproduction et aussi par l’arrêt momentané des fournitures de coton par les Etats-Unis sortis d’une guerre sanglante.

Des banques sautent : Joire, Pollet ; banqueroutes et faillites se multiplient. De nouveau c’est le chômage ; le 1er octobre 1867, quarante filateurs réunis au Cercle du Nord décident de diminuer leur production d’un quart.

Le 22 janvier 1868, il fait –11,7° à Lille …

Dès lors, les antiques « fourneaux économiques » reparaissent aux carrefours, le Bureau de Bienfaisance a en charge 21 116 personnes dont le salaire est inférieur à 3,50 F par semaine.

A suivre

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 10:12
Eglise du Curé d'Ars Lille Wazemmes
Eglise du Curé d'Ars Lille Wazemmes

EGLISE DU CURE D ARS LILLE WAZEMMES

Construite en 1960 suite à l’afflux de population logée dans les immeubles construits boulevard de Metz.

Elle était ornée de splendides vitraux.

De nombreux étrangers ont remplacé les premiers locataires, l’église fut alors désaffectée.

La ville racheta ce bâtiment en 1983 qui devint Maison de Quartier Centre-Social. Le cabinet d’architecte Chemetov mena les transformations.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 10:07
Eglise Saint Benoit Labre Wazemmes Lille
Eglise Saint Benoit Labre Wazemmes Lille

L'EGLISE ST BENOIT LABRE

Bâtie en 1883 sur le terrain de l’œuvre des églises, à l’angle des rues des Postes et de Colmar. De style roman, bénite par Mgr le chanoine Carton le 22 novembre 1889. Elle servit d’abord de chapelle aux sœurs de la Ste Enfance qui dirigeaient une école du même nom, ouverte en 1882, et composée de 4 classes.

En 1901, un premier curé fut nommé, l’abbé Virleux, qui malgré l’extrême pauvreté de ce milieu ouvrier (12.000 habitants), maintint les écoles libres et patronages, créa un atelier d’apprentissage de serrurerie et d’ajustage. Jusqu’alors c’était les prêtres de St Pierre St Paul qui assuraient l’office du dimanche.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 10:02
première église de Wazemmes
première église de Wazemmes

La 1 ère église de Wazemmes était située place Philippe de Girard, construite aux environs de 1066, en 1449 des réparations sont payées par la vente d’arbres du cimetière attenant. En 1616, une violente tempête entraîne la réparation du clocher et de la toiture, la vente d’arbres paiera encore la facture…

Le 5 pluviose an 7 (24 janvier 1799), elle était mise en vente à Douai, malgré les réclamations des habitants ! La mise a prix était de 1.500 F, il n’y eut aucune enchère ! à l’extinction des feux , le sieur Durot acquit 16 édifices religieux de la région.

Les bâtiments furent abattus et les matériaux en bon état furent récupérés pour construire de nouvelles constructions.

Depuis 1792, les 50129 Wazemmois n’avaient comme lieu de culte qu’une petite chapelle aménagée dans le salon du presbytère. En 1821 plusieurs emplacements furent étudiés. Le ministère de la guerre exigeait une construction éloignée de plus de 500 mètres du point le plus avancé de la digue. Le soubassement en maçonnerie ne devait pas excéder 1 mètre de hauteur, la partie supérieure de l’édifice devait être en bois et en torchis.

La commune s’engageait à faire démolir cette construction légère à la 1 ère réquisition des militaires !

Le 1er emplacement envisagé était l’emplacement de l’ancien cimetière,(place Ph. De Girard) le second près de la rue Degland, au chaufour Lhermitte.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 11:58
Usine Delebart-Mallet Lille
Usine Delebart-Mallet Lille

Alors qu’en 1891, 43,6 % des établissements textiles comptent plus de cent ouvriers, cette proportion passe à 66,2 % en 1911 C’est bien sûr l’industrie du coton qui compte le plus pour l’essor et cette concentration : 2 millions de broches à filer, 500.000 broches à retordre. L’usine Delebart-Mallet détient le record du monde de la finesse du fil.

La filature et le tissage du lin ajoutent leur activité à cette formidable production : en 1902, sur les 448.000 broches à filer le lin que compte la France, 400.000 se situent dans le Nord, en grande partie à Lille.

L’industrie de la confection se développe remarquablement : en 1907, la Chambre Syndicale des Confectionneurs en Gros de Lille regroupe une trentaine de maisons qui font travailler à domicile plusieurs milliers d’ouvrières en ville et dans une cinquantaine de villages alentours.

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:46
rue à sacq
rue à sacq

LILLE EN 1858

C’est en effet sur 714 hectares que vit, habite, travaille une population qui, de 52 324 habitants en 1800, est passée à 64 201 en 1820, 72 537 en 1841, et avoisinera les 80 000 âmes à la veille de l’agrandissement. Population inégalement répartie : en 1837, le canton du centre – le plus peuplé, tout comme autrefois – rassemble 19 036 âmes ; les deux cantons de l’ouest – les plus aérés, les moins ouvriers comptent ensemble 19 275 habitants, tandis que les deux cantons de l’est (Saint-Maurice, Saint-Sauveur) les plus ouvriers, les plus denses – groupent 30 762 habitants.


A part les jardins fermés des hôtels aristocratiques et des communautés, en majorité sur Saint-André et Sainte-Madeleine ; à part les arbres bordant la promenade des remparts et ceux de l’Esplanade : pas d’espaces verts.

Des courettes ou « rues à sacq », une centaine ont survécu aux aléas de l’histoire. Saint-Sauveur est le ghetto de toujours malgré le percement, entre 1835 et 1838, de la rue Wicar : y vit, dans des conditions d’insalubrité tragique, une population attachante mais qui mettra de longues années à franchir le seuil du sous-prolétariat.


Ville humide, marquée par le climat océanique et parcourue par un lacis de canaux qui, de temps immémorial, servent à l’industrie et qui, mal curés, altèrent l’atmosphère. Ville sur laquelle vas s’épaissir le manteau de « noirets » tissé par les manufactures où la machine à vapeur a été installée.
Ville dont les voyageurs disent cependant le charme qui tient moins à ses monuments, elle n’en a guère, qu’au mélange du pittoresque militaire (7 portes, 5 casernes, 4000 hommes) et de l’activité commerciale.


Tous sont frappés par l’animation des rues : chariots transportant les produits de l’industrie, chevaux des militaires et des bourgeois, fiacres, vinaigrettes tirées par le « ch’val chrétien » et poussées par un « pouss’cu » chiens de trait qui, deux par deux, transportent les razières de charbon et aussi les livraisons des bouchers et des laitiers. Sans oublier les « petits tonniaux » de vidange traînés par les bernatiers, ni les bestiaux de la trentaine de petites fermes que Lille renferme encore vers 1850.

Cris de la rue et de ses marchands ambulants, appels des cochers, claquement des fouets, plainte lointaine des clairons, éclat du cuivre battu par le crieur des rues. « Et dès l’aurore on est réveillé par le bruit des moulins à vent et de leurs marteaux ; à ce bruit qui vient du dehors se mêle celui des machines du dedans.. » (F Grille).

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 15:33
lille premiers tramways
lille premiers tramways

En 1902, on passa à l’électrification, la première ligne « E » reliait la façade de l’Esplanade à la Porte de Douai.

L’année précédente avait été créée la T.E.L.B. (Cie des Tramways Electriques de Lille et sa Banlieue).

La aussi, encore des protestations, les fils électriques aériens gâtaient l’esthétique du centre ville et, lors des fêtes, empêchaient le passage des cortèges,surtout les géants …

Dans le centre, on remplaça les fils par un système de plots situés dans les caniveaux.

Cela n’empêcha pas l’essor des tramways, très appréciés par la population.

En, 1904, on comptait 99 km de rails. Sur les 13 lignes existantes, la plupart partait de la gare de Lille et allait bien au-delà des portes de la ville : vers Wambrechies, Haubourdin, Hellemmes

Repost 0
Le Club des Ambassadeurs de Wazemmes
commenter cet article